jeudi 21 avril 2011

[1er implant] J-50 : Le rendez-vous avec le chirurgien

Comme prévu, je me rends aujourd'hui au service ORL du CHU de Limoges à 11h15. Avant cela, il faut que je prenne un dossier de consultation externe à l'accueil et que je patiente.

11h30 : toujours rien. Le stress monte...

11h40 : on me prévient que je serais le dernier à passer parmi les personnes qui attendent, car je serais celui le plus long à passer. Sans les avoir encore vu, l'équipe chirurgicale a l'air d'être déjà bien renseignée sur mes motivations et sur l'importance de ce RDV...

11h45 : on m'appelle et je passe dans le bureau du Dr. Aubry. Une dame très accueillante et souriante, qui me questionne d'abord sur l'objet de ma venue. Très vite, les questions médicales sont abordées. Je lui donne alors mon dernier audiogramme, mon premier audiogramme (à l'âge de 4 ans) pour voir l'évolution de la surdité, et les dossiers d'IRM et de scanner. Elle évalue, et me demande de passer les examens d'audiométrie tonale et vocale tout de suite. Surpris par sa volonté d'aller vite, je quitte son bureau 10 minutes après pour faire ces examens.

12h00 :  une assistante m'accompagne dans une salle isolée acoustiquement pour effectuer les audiométries. Pour commencer, j'enlève les appareils et met un casque pour reconnaître les sons aigus, médiums et graves. Je dois appuyer sur un bouton pour indiquer que j'ai entendu le son, et l'assistante marque sur un audiogramme le seuil d'écoute en décibels. Du classique juste là. Puis, avec appareils et sans casque, je dois entendre des sons qui sortent d'énormes baffles situés aux quatre coins. Résultats pas spécialement concluants.
On passe ensuite à l'audiométrie vocale, qui consiste à répéter des mots que l'on entend. Le test se fait avec un casque, sans appareils. L'assistante me dit que cela irait très vite. Et pour cause, j'ai dû reconnaître à peine un mot sur les 10 énoncés pour les deux oreilles.

12h20 : l'assistante m'amène dans une autre salle pour faire un autre examen, le PEA (Potentiel Évoqué Auditif). Il s'agit de rester allongé sur un lit, muni d'un casque, avec des électrodes sur le front et derrière les oreilles. Le tout sans appareils. Il s'agissait sans doute de vérifier mon activité cérébrale et la transmission du son. Cela dure une dizaine de minutes et c'est totalement indolore.

12h30 : je retourne dans le bureau du chirurgien, où le "vrai" entretien peut enfin commencer. Première surprise, elle m'annonce que je suis tout juste à la limite pour être candidat à l'implant ! Une grosse frayeur, car j'ai cru un instant que je n'étais pas implantable ! Finalement plus de peur que de mal, puisqu'elle me dit que c'est toujours possible de l'être. Je ne me fais alors pas prié pour lui montrer ma motivation et ma volonté.
L'entretien dure une demi-heure, où le Dr. Aubry m'explique comment l'hospitalisation va se passer, comment les réglages vont se passer, quels seront les premiers sons que j'entendrais, quels sont les éventuels risques de l'opération, etc. Pour cela, j'ai préparé une FAQ qui contient toutes les questions que j'ai pu lui poser, et toutes les réponses que j'ai obtenues.

Vous trouverez cette FAQ en haut de cette page, dans l'onglet adéquat.

J'ai pu ainsi avoir quelques informations importantes :

Date de mon opération : jeudi 9 juin 2011, dans moins de deux mois !
Nombre de jours d'hospitalisation : 3 jours, sortie le samedi.
Convalescence (et donc temps d'arrêt de travail) : ça peut aller de 3 semaines à plus d'un mois.
Frais d'hospitalisation : aucun, tout est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale. Aucun frais d'honoraire non plus n'est à prévoir.
Date du premier branchement : 1 mois après l'opération.
Modèle d'implant utilisé (au CHU de Limoges) : Nucleus Freedom (ou CP810, je ne sais pas encore) de Cochlear.
Nombre de personnes implantés depuis l'ouverture du service au CHU de Limoges (en 2010) : 5 personnes. J'essaierai de les contacter pour avoir des retours sur leur hospitalisation. Il faut également penser au nombre d'implantations qu'a fait le Dr. Aubry dans sa carrière, qui doit être beaucoup plus élevé (je n'ai pas pensé à le lui demander...).
Personne qui effectue les réglages de l'implant : M. Parès. Il travaille à Amplifon (19, place Manigne à Limoges).

On a également discuté des risques que pouvait comporter l'opération :
- Comme pour toute opération chirugicale, il existe des risques, notamment d'infections de la cicatrice et d'infections nosocomiales. D'après la Haute Autorité de Santé, le CHU de Limoges est en bonne position (note A).
- Risque de paralysie faciale. Parfois, le chirurgien a besoin de déplacer un nerf pour placer l'implant. La paralysie est réversible.
- Risque de perte de goût. Là encore, un nerf mal positionné peut être déplacé pour les besoins de l'opération. C'est réversible.
- Pour prévenir des méningites, un vaccin me sera fait avant l'opération, car la zone à opérer se situe près des méninges.
- Possibilité d'avoir des vertiges après l'opération, car l'oreille interne contrôle l'équilibre du corps.

Dans l'ensemble, j'ai eu une très bonne impression de cet entretien, qui m'a contribué à me rassurer sur l'opération elle-même et sur l’équipe chirurgicale. Deux rendez-vous sont pris : un avec l'orthophoniste pour courant mai, et un deuxième avec le Dr. Aubry le 25 mai, pour faire le bilan complet juste avant l'opération.